Le congé création d’entreprise : se lancer sans perdre son emploi

le-conge-creation-dentreprise-se-lancer-sans-perdre-son-emploi.jpg

Il est possible pour les salariés respectant certaines conditions de demander un congé création d’entreprise. Sans perdre leur emploi, ils peuvent ainsi disposer d’un temps suffisant pour bien démarrer leurs startups. Un salarié peut aussi, pendant une durée déterminée, s’absenter pour diriger une JEI ou jeune entreprise innovante. Avec le congé création d’entreprise, il a tout à fait le droit de reprendre un poste précédemment occupé.

Qui sont les bénéficiaires de ce congé création d’entreprise ?

conge-creation-dentreprise.jpg

Le congé création d’entreprise se propose à tous les salariés avec une ancienneté d’au mois 24 mois au sein d’une société. Ce type de congé ne s’adresse, en effet, qu’aux travailleurs ayant un projet de création d’une entreprise, qu’elle soit individuelle ou non. Les nouvelles sociétés industrielles, commerciales, agricoles ou artisanales sont également concernées par ce congé création d’entreprise. Pour bénéficier de ce genre de congé, le salarié doit également avoir le contrôle effectif de la société. À noter qu’un salarié souhaitant s’afficher à la direction d’une entreprise innovante doit a priori avoir pour ambition d’exercer des responsabilités dans une société répondant aux critères de JEI.

Les avantages apportés par ce congé

les-avantages-apportes-par-ce-conge.jpg

La possibilité de maintien du contrat de travail fait partie des avantages du congé création d’entreprise. Même si le salarié exerce une autre activité, elle fera encore partie des effectifs. Le salarié peut aussi bénéficier d’un congé de longue durée, ce qui lui permet de créer une entreprise ou d’exercer des responsabilités de direction d’une JEI pendant une année entière. Le salarié peut encore faire une demande de renouvellement de son congé création d’entreprise, si besoin. En fin de congé, le salarié a le choix entre deux options : réintégrer l’entreprise ou quitter la société sans préavis. Si le salarié décide de travailler de nouveau au sein de l’entreprise, il peut bénéficier d’une réadaptation professionnelle.